Centenaire de la fin de la guerre 1914-1918, rendez-vous les lundi 5 et dimanche 11 novembre  

  

La Première guerre mondiale a impliqué plus de 70 pays. Mais chaque ville a été touchée pendant ces 4 années de conflit. À Corbeil et à Essonnes, les habitants ont également contribué à l’effort de guerre.


Venez nombreux à la commémoration du centenaire de la fin de la guerre le dimanche 11 novembre à 10h45. Au départ de l’hôtel de ville, découvrez des musiciens qui nous plongeront dans l’histoire des tranchées. Puis, en présence d’une délégation allemande, la commémoration se déroulera au Monument aux morts. des jeunes des deux pays liront des textes en français et tous les jeunes déposeront des drapeaux en signe de souvenir et de réconciliation entre nos deux nations.


- L’événement sur Facebook

Chiffres clés sur Corbeil et Essonnes :
-369 Corbeillois et 360 Essonnois morts à la Guerre.
- 136 orphelins de guerre
- 23 mai 1918 : Bombardement sur les rues Saint-Spire, Notre Dame et place Galignani
- En mars 1918 : 391 dossiers de demande de secours immédiat avaient été déposés depuis le début des hostilités.



À Corbeil et Essonnes, les hommes, ouvriers, médecins, instituteurs et même le Maire de Corbeil, sont mobilisés et partent au front dès le début du conflit. Leur absence n’est pas sans conséquence, notamment pour de nombreuses familles dont le seul revenu provient du salaire de l’homme. De manière générale, le conflit se ressent dans la vie quotidienne des habitants : l’insuffisance de charbon crée des difficultés pour se chauffer, le manque de nourriture fait augmenter le prix des denrées alimentaires, la circulation devient interdite sur les routes entre 18h et 6h du matin, les réquisitions militaires se multiplient, la gare de Corbeil est fermée temporairement et réservée aux besoins de l’armée, l’extinction partielle de l’éclairage public la nuit ou les fermetures de lieux comme le cinéma et la bibliothèque rappellent sans cesse le climat de guerre. Les habitants subissent les répercussions du conflit à l’instar du bombardement qui a lieu rue Saint-Spire en mai 1918, où plusieurs Corbeillois trouvent la mort. À Essonnes, un dépôt de convalescents militaires de 25 lits est mis en place à partir de juillet 1915. La commune fournissait le local, le chauffage, l’éclairage et le matériel. Les Papeteries donnaient des subventions régulières au profit du dépôt. De nombreux habitants de la commune faisaient des dons en nature pour contribuer à son fonctionnement : linge, légumes…et temps.


RDV le 5 novembre à 14h30 et 20h30 avec l’association Mémoire et patrimoine vivant pour la diffusion d’un film-reportage au cinéma Arcel.

Résumé : A l’occasion du 100ème anniversaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale, 11 novembre 1918, Mémoire et Patrimoine Vivant vous propose de commémorer cet événement clé de notre Histoire en assistant à la projection d’un documentaire inédit.

Richement illustré, ce film a été réalisé en collaboration avec le témoignage de :
- Raphaël Carroué, collectionneur passionné et excellent connaisseur de tout ce qui se rapporte à cette période (la vie dans les tranchées, la course à l’armement et l’effroyable bilan humain) ; ainsi que de :
- quatre corbeil-essonnois qui se souviennent de leur jeunesse en temps de guerre. Des peines et des larmes que la joie de l’armistice n’a pas effacé.

Plus d’informations sur le site de l’association



- La guerre 1914-1918 sur Wikipedia
- L’Armistice de 1918 sur Wikipedia